Mes petits potins gourmands #4: Marie-Antoinette a-t-elle lancé la mode des croissants?

Aujourd’hui pour cet article des « petits potins gourmands » je vais vous parler de nouveau d’une reine que j’affectionne beaucoup : Marie-Antoinette, qui comme vous le savez peut-être si vous avez lu mes articles sur:

N’est pas une grande mangeuse comme son royal époux, qui est ce que l’on peut appeler un bon vivant. Elle n’en reste pas moins un bec sucré.

Dans cet article nous allons nous attarder sur le repas le plus intime de sa journée et aussi celui qu’elle préférait au dire de sa femme de chambre Madame Campan:

le petit-déjeuner

DSC_0202

♥ De quoi était composé le petit-déjeuner de la Reine?

Le petit-déjeuner, était donné dans la chambre de la souveraine, en privé. C’est probablement cet aspect privé qui la ravissait autant dans ce repas. Ce petit temps  pour elle, au calme, avant de rentrer dans le tourbillon de sa journée chargée d’étiquettes et des regards de la cour.

La composition du petit-déjeuner de la Reine bien que simple n’en est pas moins à part par rapport à ceux des souverains Français.

En effet, le matin, Marie-Antoinette boit: soit un café soit du chocolat le tout accompagné d’un petit pain rond traditionnel d’Autriche, qui ressemblait à un croissant.

Ce petit pain rond pouvait aussi être substitué à:

  • une brioche
  • un pain de seigle

Il peut arriver aussi qu’elle boive:

  • du lait d’ânesse ou de vache avec de l’eau d’orge
  • du petit-lait avec décoctions de laitue pour se fortifier.

Ce goût pour le petit- déjeuner de Marie-Antoinette, se trouve retranscrit dans:

les mémoires de Madame Campan on peut lire  » Elle ne témoignait de goût particulier que pour son café du matin et une sorte de pain auquel elle avait été accoutumée dans son enfance à Vienne« .

DSC_0235

Cette description de son petit-déjeuné explique pourquoi l’on lui attribue l’introduction en France d’un de nos emblèmes culinaires, j’ai nommé notre fameux croissant.

Viennoiserie que la planète entière nous envie et copie avec plus ou moins de succès…

♥ La petite histoire du croissant:  

  • Origines du croissant:

Pour parler des origines du croissant, nous allons faire un léger détour dans le pays d’origine de la Reine l’Autriche et plus exactement à Vienne d’où l’ancêtre de notre croissant actuel vient.

L’histoire la plus populaire (même si non prouvée) sur l’origine du croissant est la suivante:

Il aurait été inventé après la défaite des troupes Turques à Vienne en 1683. La légende raconte que c’est les boulangers de la ville qui ont donné le signal d’alarme. En travaillant tard dans la nuit ils auraient entendu les coups de pioches des soldats Ottoman qui étaient fort occuper à placer des explosifs au pied des remparts.

La forme du croissant viendrait de la forme de l’emblème des assaillants Turques, qui a été repris pour commémorer ce moment.

  • Arrivée en France:

On attribue l’introduction du croissant à Marie-Antoinette qui le ramène donc de sa Vienne natale. Néanmoins, le croissant était certes en forme de croissant de Lune mais la texture était plus proche de celle d’un pain/brioche enrichi et n’était donc aucunement feuilleté comme aujourd’hui. Il n’était pas non plus appelé de ce nom, mais juste nommé pain. Ces derniers étaient de plus réservés à la haute société.

Il faudra attendre le 19ème siècle pour qu’il se popularise et soit un produit courant dans nos boulangeries.

  • Et notre croissant pourquoi donc est-il feuilleté ?

Le croissant feuilleté au beurre tel que l’on le connaît aujourd’hui a été élaboré par des boulangers parisiens qui se sont inspirés de la recette viennoise et ce beaucoup plus tard en 1920. Comme quoi notre fameux croissant n’est pas totalement un produit d’origine autrichienne.

DSC_0219-2

♥ « S’ils n’ont pas de pain qu’ils mangent de la brioche! » aurait lancé Marie-Antoinette, réalité ou légende?

(Petit aparté, à l’histoire du croissant)

Cette phrase aurait été lancé en 1789 alors que les parisiens n’ont plus le sous pour acheter de pain tant le prix a flambé. Les femmes dans une marche de Paris à Versailles bien connue, sont allées clamer leur colère à Versailles sous les fenêtres des royaux époux. C’est alors que Marie-Antoinette aurait lancé cette phrase, erreur terrible!

Et oui, car cette phrase a été inventé de toute pièce par l’imagination de Jean-Jacques Rousseau et ce bien avant cet événement. De plus, l’écrivain n’incrimine certainement pas Marie-Antoinette, il attribue cette phrase à une certaine princesse et donc non à la Reine de France.

C’est sur ce petit aparté que fini cet article qui je l’espère vous aura apporté à la fois un moment gourmand et culturel que vous avez apprécié.

Je n’oublie pas de vous partager encore quelques photos de notre croissant pour finir en douceur.. 🙂

DSC_0242

DSC_0238

DSC_0201

Publicités