Mes petits potins gourmands #1 Le chocolat de Marie-Antoinette

Quelqu’un m’a dit un jour qu’on passe sa vie à se raconter des histoires. C’est tellement vrai! Mais ici je ne vais pas vous raconter des histoires, je vais vous raconter l’Histoire ou plutôt des bribes d’histoire gourmande d’un des personnages les plus emblématiques de notre Histoire et que personnellement j’affectionne beaucoup, j’ai nommée: Marie-Antoinette.

On raconte toujours les mêmes histoires sur elle: sa fin tragique, sa coquetterie, ses dépenses et puis de temps en temps lorsque passe un film de Copola: de macarons (film truffé d’interprétations soit dit en passant et de bêtises disons-le) .

Celle dont je vais vous parler dans cet article c’est la Marie-Antoinnette « gourmande » qui était par exemple tellement folle de lait que Louis XVI lui a  carrément offert une laiterie! Cette Marie-Antoinne là est un peu moins connue mais elle a pourtant laissé des traces de son passage dans notre gastronomie.

♥ Petits potins gourmands #1: Le chocolat chaud

Je commence par un de ses péchés mignons que je partage aussi (et je ne prends pas trop de risque en disant que je ne suis pas la seule) : le chocolat et plus particulièrement le chocolat chaud.

Il faut savoir qu’à l’époque on consommait le chocolat habituellement en boisson et avec de l’eau et non du lait! Mais on était loin du produit « populaire » d’aujourd’hui. Ce breuvage était un luxe réservé à un cercle très fermé de la cour où ce dernier était particulièrement populaire.

Son utilisation de l’époque était là aussi un peu particulière si l’on fait le comparatif à l’usage que l’on en fait aujourd’hui. En effet, on le consommait non seulement pour son goût mais aussi comme un aphrodisiaque, c’était un peu le Viagra de l’époque grosso modo. Quand on y pense ce n’est pas si fou que cela car on sait aujourd’hui que la consommation de chocolat rend « heureux » et lorsque l’on est heureux…le reste va beaucoup mieux aussi.

Lorsque Marie-Antoinette arrive à la cour elle vient avec son propre chocolatier qui prendra le titre tout nouveau et très officiel de « chocolatier de la reine »

La jeune reine avait l’habitude de boire du chocolat à Vienne et cette habitude elle compte bien la garder à Versailles. Dans son enfance, elle buvait son chocolat chaud avec de la crème fraîche, mais après son installation à Versailles son chocolat va évoluer vers une version plus légère.

Il faut avouer qu’outre le goût qui à mon avis de nos jours ne plairait pas à grand monde c’est surtout un breuvage un peu lourd et donc pas très digeste…

Une fois son chocolatier installé à Versailles il lui proposera des nouvelles recettes plus douces et digeste qu’elle adoptera et consommera tous les matins. Son petit-déjeuné de prédilection se composait de chocolat chaud avec de la brioche un autre de ses péchés mignons (on y reviendra plus en détail dans un prochain article), elle adorait véritablement ce moment de la journée, car c’était le plus intime et gourmand.

Malgré le fait qu’elle n’était pas une grande mangeuse comme l’a pu être son mari qui était connu pour sa gloutonnerie (on le représenta d’ailleurs souvent en cochon pendant la période révolutionnaire) elle était néanmoins très gourmande, elle raffolait tout ce qui était sucré.

Le chocolat chaud que la reine va préférer est (pour l’époque) très simple: copeaux de chocolat fondu mélangé à: de l’eau, du sucre et de la vanille.

Il arrivait que la reine y ajoute un ingrédient curieux et très cher l‘ambre … de cachalot!  C’est un os fossilisé de mammifère marin qu’on râpe dans le chocolat et qui était censé le rendre encore plus aphrodisiaque. Bon.. à ce jour cette vertu n’a jamais été prouvée.

L’apparition du chocolat à la cour ne date pas de l’époque de Marie-Antoinnette, on en consommait déjà à l’époque de la mère de Louis XIV, Anne d’Autriche.

Pour la petite histoire, Louis XIV n’était pas un grand fan de chocolat chaud il disait que c’était un « trompe la faim mais qui ne rempli pas l’estomac », sa femme Marie-Thérèse d’Autriche n’était apparemment pas du même avis.. Elle en ingurgitait des litres (jusqu’à 4 à 5 tasses par jours!) au point qu’à la cour il se murmurait « la reine n’a que deux passions le roi et le chocolat ».

Ce n’est que bien plus tard au 19ème siècle avec l’apparition des grandes usines que l’on commencera à démocratiser le chocolat en le consommant sous forme de tablette 😉

♥ L’idée derrière cette série d’articles est de vous faire part dans un post court d’un petit potin gourmand et historique.

Il y a tellement d’autres choses à raconter comme potins gourmands et même non gourmands au sujet de Marie-Antoinette et non seulement sur elle mais sur pleins d’autres personnages de notre Histoire.

J’espère sincèrement que vous avez apprécié cet article et que si c’est le cas les autres à venir suivront dans cette lancée 🙂 

Si vous voulez en savoir plus:

Je vous conseille vivement de lire « Marie-Antoinette » de Stefan Zweig qui est de très loin le meilleur biographe historique pour moi. Ce livre est un bijou, je l’ai dévoré en quelques jours.

IMG_2900